postheadericon Les types de vérandas

types vérandas

Véranda isolée et non-isolée

La véranda isolée est destinée à ajouter à votre maison une pièce de vie. Son ajout ne nécessite pas d’avoir le mur de séparation avec la maison isolé. C’est la véranda la plus couramment installée.

Si on désire simplement agrémenter son habitation d’un jardin d’hiver, on installera une véranda non-isolée. Conçue en simple vitrage, elle est évidemment moins chère.

Architecture de la véranda

Toit de la véranda

Il existe de nombreuses possibilités dont le choix sera dicté par la configuration des lieux ainsi que vos goûts et votre budget. Toiture droite, croupe (comme une pyramide que l’on couperait en deux et dont les sommets seraient joints par une droite) ou toiture soleil (chaque pan de toit se rejoint au sommet) donnent un cachet particulier à la véranda.

Pans de la véranda

On peut aussi jouer sur la forme de la véranda en elle-même. La forme la moins originale, optimisant l’utilisation de l’espace intérieur tout en étant la moins onéreuse est la rectangulaire.

Si vous désirez plus de fantaisie, vous pouvez opter pour une structure à pans coupés, dont les coins ressemblent à des demis-hexagones.

Véranda avec muret en brique

Il est possible de limiter les pertes d’isolation en montant un muret d’une cinquantaine de centimètres, sur lequel reposera les châssis de la véranda. Cela permet aussi de réaliser un joli contraste entre brique et verre.

Véranda en aluminium, PVC ou bois :

Le standard en véranda devient le « panneau sandwich », qui est un compromis entre l’aluminium et le PVC, dont la durabilité et les propriétés isolantes sont idéales. Le bois donne de la chaleur, est un bon isolant naturel et est résistant. Rayon inconvénients, une véranda en bois est bien plus onéreuse que les autres options. Il demande également un entretien régulier (tous les 2-3 ans).

Le PVC est une excellente solution en termes de coût et d’isolation. Seul bémol, les structures en PVC étant peu rigides, elles imposent des contraintes de dimensions.

L’aluminium présentant des faiblesses concernant l’isolation, on préférera un compromis alu-PVC, la partie métallique assurant la solidité, tandis que le revêtement en PVC fournissant à l’ensemble ses qualités d’isolant et non corrosives.